dimanche 22 mars 2009

L'opposition l'avait annoncé, la mauvaise gestion de la mairie UMP finit par rattraper les boulonnais : +9 % d'impots en 2009 !




Comme vous pouvez le voir et l'entendre dans la video du conseil municipal, le maire décide d'augmenter massivement (9 % !) les impôts à Boulogne Billancourt.

Soit 180 d'euros à payer en plus, chaque année, pour un foyer moyen !

En pleine période de crise et de baisse du pouvoir d'achat !

Si encore c'était pour jouer la solidarité avec les communes moins riches et avancer vers la péréquation tant attendue ! ou investir en prévision de meilleurs services sociaux ? que nenni !

Pour un candidat mandaté par le "président du pouvoir d'achat", on comprend, au vu d'un tel budget, que le PS assurait aux municipales de 2008 garantir une meilleure gestion :

A l'instar d'un Chirac affirmant en 1997 que les finances de la France étaient compromises, ... avant de voir un Jospin, vainqueur de la dissolution, résoudre haut la main cette soit disant "quadrature du cercle". (voir sur ce graphique son action sur l'évolution de la dette !)

Pour couronner le tout, les investissements pour l'avenir de notre ville sont sacrifiés et passent à 44 M€ seulement.

Ainsi, alors que M. Baguet a été élu en 2007 en dépit d'une opposition de 57,5% aux élections municipales, on constate que cette opposition vote unanimement contre ce nouveau budget en 2009...

C'est donc la légitimité même de l'équipe municipale actuelle qui est en cause. Et son avenir politique qui pourrait être compromis. Comme le disait JP Fourcade, "PC. Baguet n'a pas les compétences !". Les boulonnais commencent à se dire qu'il avait raison...

A l'heure ou les investissements devraient être lissés dans le temps :

* 10 M€ pour la réfection de la mairie,

* plus la rénovation du stade Le Gallo,

* et celle du sol du marché Billancourt

* la construction de pistes cyclables

* etc...

encore repoussés... : on diffère encore les dépenses vers le futur !

Pour justifier tout cela, alors que notre ville est l'une des plus faciles à administrer vu sa richesse, et qu'une subvention exceptionnelle de l'état de 4 M€ est prévue, notre maire tente d'embobiner ses concitoyens par un discours confus et peu convainquant.

Exemple 1 : il soutient que Paris fait de même en matière d'augmentation d'impots (+9%), sans préciser que Paris est aussi un département, et subit bien plus violemment la baisse des recettes suite à la crise actuelle !

Exemple 2 : il prétend que les autres villes augmentent tout autant leur taxes : faux.

Comme à Puteaux où les taux sont inchangés, etc, etc...

D'ailleurs, le maire de Boulogne fait lui même l'aveux des nombreuses opportunités, manquées par l'UMP, de faire des économies :

- Aucune subvention demandée pour le gymnase Maître Jacques,

- au moins 1,6 M€ gaspillés sur le budget des cartes d'identités,

- 100 000 euros de perdus en subventions pour loger les victimes d'incendies, etc...

Alors quelle alternative proposent les élus de gauche ?

La crise ne justifie (à périmètre constant !)une augmentation pour notre ville que de :

+1,17 % plutot que +9,91 % pour la taxe d'habitation (épargnant les plus modestes : les locataires non exemptés de cette taxe)

au plus +17 % pour la taxe foncière (sur la base des seules données pessimistes fournies par les services de la mairie, mais on peut faire mieux...)

C'est donc la gestion dégradée des 3 derniers maires UMP qui conduit à cette fuite des finances de la ville.

Au contraire de cela notre maire assomme les ménages de nouvelles taxes, (pour ensuite annoncer un excédant et et se vanter d'une bonne gestion !) ménageant les entreprises d'une hausse de la taxe professionnelle uniquement de 5% ...

Rendez-vous en 2013 pour continuer sur cette politique ? ou on décide de sortir les sortants ?

En effet, c'est plus de 100 millions d'euros qui ont été gaspillés en pures pertes ces dernières années :

- remboursement tardif du chèque Renault pour 7,1 M€ (et intérêts),

- dépassement du chantier piscine (surcoût de plus de 23 M€),

- perte sur l'ile Séguin (50 M€) et les terrains Renault,

- la gestion de la dette,

- le cadeau de la ville à l'INCa (plus de 30 M€ perdus) ,

- le musée Belmondo (surcoût de 4 M€),

- sans compter les doutes sur les frais de nettoyage qui se montent actuellement à 1,9M€.

Effectivement, comme on peut le rétorquer (cf. le blog de JP Fourcade), les taux d'imposition étaient bas à Boulogne, ... mais c'était au prix d'une politique sociale, culturelle et sportive largement insuffisante et inacceptable !

Un jour nos concitoyens ouvriront les yeux et la majorité UMP ne persistera pas toujours...


Les élus de l'opposition de gauche analysent ce bilan, et se préparent à proposer une alternance crédible. Ils travaillent déjà sur des projets plus ambitieux et dénoncent l'incurie des équipes municipales passées et actuelles, contraignant la mairie à supprimer de nombreux emplois (17), faisant peser l'effort sur le stress au travail de quelques uns.

---

Mariage du futur roi de France, né à Boulogne Billancourt !

Comme l'annonce Le Figaro, versons un peu dans le people !


Le dauphin de France, et futur roi pour les monarchistes, s'est marié devant le maire du VIIème arrondisment, Rachida Dati.


(Tiens encore un des enfants de notre ville de Boulogne Billancourt et presque jumeau avec un probable futur président de la France : JF. Copé ! regardez leur date de naissance)


Et bien, vu que les français ont voté pour un monarque charismatique aculturé et paranoïaque, pourquoi ne choisiraient-ils pas un vrai monarque, mieux éduqué ?

(On a déjà un Nicolas-Louis XIV évinçant un Jacques-Fouquet, plaçant ainsi la communauté sous une dictature dispendieuse... !)

Question saugrenue mais pas si fantasque : Si la République ne produit que des assoiffés de pouvoir, dont l'ego démesuré nuit à l'intérêt collectif, va-t-on aboutir à un renversement des dynamiques politiques républicaines ?


Notre mode de nomination des élites a plutôt failli, et il est temps de le revoir profondément pour permettre l'arrivée au pouvoir d'hommes sages. Naïveté ? Mais que dire du spectacle affligeant de nos élites actuelles ?!



1) Que ce soit le chef de l'état, justement décrié par Ségolène Royal :




"Il est bien plus fade qu'on ne le croit. Sa force vitale est impressionnante, mais c'est vraiment un m'as-tu-vu. Un petit gamin heureux d'être au milieu de ses nouveaux jouets, vous savez, le môme qui a gagné le pompon sur le manège. Avec sa petite étoile de shérif et son pistolet en plastique, son déguisement de cow-boy. Il est monté sur le plus grand cheval et il a décroché le pompon!" "







Effectivement, l'exemple à la tête de l'état est déplorable.

A l'image des moyens utilisés pour y arriver.

La dialectique en campagne électorale (voir "les mots qui ont fait gagner Sarkozy) remplace depuis De Gaule les valeurs à défendre. La légitimité de ces usurpateurs, professionnels de la politique est d'évidence inexistante, n'en déplaise à la pseudo démocratie actuelle.

Déjà en 2006, tout était dit sur "la firme".

Son pouvoir ne tient qu'à la censure de nouvelles gorges profondes dénonçant son affairisme, ses intrigues au ministère de l'intérieur, et son cynisme, tel un Nixon à la veille de sa démission.



2) Les pugilats affligeant de la prise de pouvoir au PS n'en sont pas moins décevants.


Et il ne semble rester que la révolution du NPA ou le fascisme comme perspective pour le peuple écoeuré ?



Un jour, une nouvelle génération accédera au pouvoir dans le monde, élevée différemment, selon un nouveau paradigme, hors des valeurs de réussite et de compétition, au narcissisme à fleur de peau.



L'attente manifestée pour un président comme Barack Obama en est déjà un signe annonciateur.


La cote d'amour de personnages comme Nicolas Hulot, José Bové, l'abbé Pierre, Albert Jacquard, le Dalaï Lama ou demain Pierre Rabhi donne espoir.
Humilité, objectivité, fraternité et non conformisme sont les valeurs de demain. Etre ou avoir : il faut choisir.



Dans cette perspective, si les crédits ne sont pas taris par des politiques inquiets, l'éducation des masses devrait développer leur esprit critique, et endiguer la manipulation quotidienne de leurs esprits par des discours démagogiques flattant leurs bas instincts, et relayés par des médias aux ordres, avides ou couards.


Ainsi, la civilisation

- du tout tout de suite,

- du toujours plus, du gigantisme, et après moi le déluge,

- du "struggle for life", de la compétition, du célèbre dilemme du prisonnier

- de "la peur crée le danger"

- des hirondelles de Jean de La Fontaine

- de la diffusion du libéralisme et de l'intérêt individuel



laissera la place



au "small is beautifull",

à l'intérêt collectif retrouvé,

et comme dit Madonna (ou au controversé Jacques Attali), au "I am because we are".



Ce nouveau monde est en train de naître, il ne tient qu'à chacun d'en être.

---

mardi 3 mars 2009